Des Racines et des Êtres

Blog généalogique de Raphaël Piéchaud

Des fusains d’Odilon Redon dans la collection du Dr Piéchaud

Contacté en août dernier par Marie-Pierre Salé, une des conservateurs préparant la rétrospective sur Odilon Redon au Grand Palais (Odilon Redon : prince du rêve), j’avais eu l’occasion de me pencher un peu plus sur les œuvres très oniriques et surréalistes du peintre bordelais que, je dois l’avouer, je ne connaissais pas vraiment.

Une pièce majeure d’Odilon Redon : Araignée ou araignée souriante

Il se trouve que mon arrière-grand-père Pierre Piéchaud possédait quelques dessins au fusain de Redon. Tableaux qui ont été vendus en 1956 et 1961. Au moins trois ont été achetés par la ville de Bordeaux et s’y trouvent aujourd’hui au musée des Beaux-Arts.

Ces trois fusains sont répertoriés sur la base Joconde du ministère de la Culture comme étant issus de la collection du Dr Pierre Piéchaud :

D’après le catalogue de l’exposition (excellent travail de recherches historiographique et documentaire !) il semble que ce soit le Dr Adolphe Piéchaud (oncle de Pierre) qui ait acquis cinq fusains avant 1887 à Odilon Redon. Dans un document cité par le catalogue, il est par exemple question du « Docteur du Sénat mort » (Adolphe Piéchaud, ophtalmologue, fut médecin du Sénat jusqu’à sa mort en 1899).

L’exposition avait donc lieu du 23 mars au 20 juin 2011 aux galeries nationales du Grand Palais à Paris. Il aura évidemment fallu que je me réveille au dernier moment ! J’y suis donc allé mercredi 15 juin en « nocturne », accompagné de ma mère et ma sœur. Sorte de pèlerinage en famille :-D

Odilon Redon – L’ange et le démon (fusain sur papier) – photo : © Lysiane Gauthier [base Joconde]


Tous les fusains répertoriés n’étaient pas exposés, je n’en ai vu qu’un seul : L’ange et le démon (ci-dessus), en tout début de parcours. Le voir fixé sur un mur d’une exposition au Grand Palais m’a laissé une impression à la fois de nostalgie et de ravissement, d’imaginer que quelques décennies plus tôt il était probablement fixé sur un mur chez mon arrière-grand-père.

Sources :
- Base JOCONDE (catalogue des collections des musées de France)
- Rodolphe RAPETTI (dir.), Odilon Redon : Prince du rêve 1840-1916, Paris, RMN, 2011, 460 p.


Poursuivez votre lecture

Avant, j’avais écrit :
Après, j’ai écrit :

Un commentaire

  1. Marie dit :

    Arachnophobe depuis toujours, j’avoue que celle-ci risque de hanter mes nuits pendant un moment :) Sympa en tout cas cette collection

Publier un commentaire à propos de cet article