Catégories
Archives en ligne

La bonne blague ornaise !

Visiblement l’Orne se ravise et repousse sans prévenir la mise en ligne de ses archives à début novembre…

Les archives des registres paroissiaux et d’état-civil ont pourtant été disponibles sur le site du conseil général durant tout le weekend et ce jusqu’à lundi vers 22-23 heures, avant une panne de serveur probablement causée par une hausse des connexions au service.

Encore une petite semaine de patience donc, avant de pouvoir se relancer dans la poussière numérique !

http://www.orne.fr/archives/index.html

EDIT (24/10/2007 – 17h20) : en fait la mise en ligne de vendredi était le fruit d’une erreur, tout n’était pas encore prêt ! Mea culpa donc ! Le directeur des AD de l’Orne a envoyé un communiqué très complet sur le yahoo!group Gen61 pour expliquer les causes du retard, les choix de l’interface, les coûts, etc. Communiqué que je vous copie en commentaire (via le blog D’aïeux et d’ailleurs)

3 réponses sur « La bonne blague ornaise ! »

Copie du communiqué du directeur des AD de l’Orne:


Bonjour.

Plusieurs d’entre vous ont pu accéder depuis vendredi 19 octobre au
moteur de recherche et de visualisation des images numériques de
l’état civil ornais.
J’ai le regret de vous faire savoir qu’il faudra encore patienter
quelques jours pour se connecter à nouveau. C’est en effet par
erreur que la page d’accès a été publiée vendredi. La page
d’interface n’est pas encore achevée (il manque encore les
iformatiosn relatives aux configurations requises et le mode
d’emploi en pdf) et le visualiseur comporte encore quelques bugs qui
devraient être traités avant la fin de la semaine. Cela devrait être
prêt la semaine prochaine.
Je voudrais apporter quelques précisions sur l’ergonomie. Le
Département de l’Orne a fait le choix d’utiliser un logiciel
intégré, Gaia, qui équipe 15 Archives départementales. L’Orne est le
premier à mettre ses images en ligne et le moteur est encore en
cours de développement. En outre, la recherche et l’affichage des
images numériques ne sont pas ses seules fonctionnalités, puisque le
logiciel gère les entrées, la localisation, la communication, la
description documentaire, etc. Il ne s’agit pas d’un logiciel
spécialisé dans l’affichage des images numériques (pas encore !),
mais il présente d’autres avantages.
– La solution retenue est économe des deniers publics. Le logiciel
Gaia nous coûte 15 000 euros par an pour toutes ses fonctionnalités,
la où les solutions des départements voisins nous coûteraient ne
dfouble seulement pour l’application de visualisation, sans compter
le coût des logiciels de description documentaire et de gestion.
La solution intégrée est me semble-t-il le meilleur choix à moyen
terme. Avec le même outil, compatible dans le format d’échange
international XML EAD, vous pourrez dans quelques mois consulter les
images numériques, outre l’état civil, les images numériques des
listes nominatives, du cadastre du XIXe s. (ce qu’on peut trouver
sur d’autres sites) mais aussi taper une requête en texte libre qui
interrogera la totalité de notre base documentaire, soit plusieurs
dizaines de millions de caractères. Je ne parle pas de fichiers pdf
ou word pour nos dizaines de milliers de pages d’inventaires, mais
bien d’une vraie base de données intégrant également les 30 000
notices de notre bibliothèque.
Nous mettons sans doute beaucoup de temps à mette en ligne (nous
sommes encore 75 départements dans ce cas) mais nous avons dû
refaire la totalité des microfilms puis préparer leur numérisation.
Ce travail, entrepris en 2000, a mobilisé 2 personnes à temps plein.
L’ensemble a été fait avec un souci constant de la bonne gestion des
deniers publics et sans rien renier des exigences de qualité ou
d’ergonomie. En revanche, il est vrai que nous avons été trop
optimistes sur la date d’ouverture du site qui a dû être décalée à
plusieurs reprises.
Je reste convaincu que le logiciel choisi rendra de grands services
à tous. Ce choix stratégique prend en compte la totalité de nos
collections, et pas seulement les 3 % numérisés. En attendant, ses
fonctions de visualisation ne sont peut-être pas à la hauteur des
logiciels marchands propriétaires, mais chaque département
utilisateur souhaite des évolutions différentes que le département
développeur doit satisfaire. Le visualiseur qui vous sera proposé la
semaine prochaine doit évoluer, notamment grâce à vos remarques et
suggestions. Comme nous ne pourrons sans doute pas répondre
immédiatement, nous comptons sur votre indulgence pour ce service
somme toute gratuit qui va bien au-delà des obligations de la
collectivité départementale.

A bientôt donc,
Jean-Pascal Foucher
Directeur des Archives départementales de l’Orne

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *