Des Racines et des Êtres

Blog généalogique de Raphaël Piéchaud

Mes ancêtres à moi !

Avant que les archives en ligne ne se mettent enfin à me concerner, je pratiquais plutôt la généalogie intensive. J’ai la chance d’être tombé sur de nombreux documents de famille à exploiter, ce qui m’a permis, à mes débuts, même avec une remontée généalogique de moindre importance, de me consacrer au touffu feuillage plutôt qu’aux longues branches.
Jusqu’alors, je partageais mes ancêtres avec des groupes de « cousins » d’importances très variables à mes yeux : partager un ancêtre avec 10 à 40 personnes sur lesquelles seule une moitié de demi-douzaine voit dans la généalogie une passion saine, c’est tout à fait acceptable !
Pendant cette période, j’avais beau chercher sur Geneanet ou autres sites généalogiques, je ne trouvais quasiment personne qui partageait des recherches sur les mêmes branches que moi. Je ne pouvais donc pas débloquer faute de vacances en dépôts d’archives, et surtout ne trouvais pas de nouvelles têtes avec qui partager mon maigre savoir ancestral.

Maintenant que je commence de plus en plus à pratiquer la généalogie extensive, grâce notamment aux archives en ligne de la Mayenne, je constate un changement de mentalité. Pas celle des autres, ils font ce qu’ils veulent. Juste la mienne. J’ai… peur des cousins !
Car plus je remonte le temps, plus le nombre de descendants potentiels d’un ancêtre augmente. Et comme tout le monde a déjà exploité la Mayenne en ligne avant moi, mes branches mayennaises sont forcément déjà bien présentes sur Geneanet. De clic en clic, la terrible réalité s’annonce étourdissante : je ne suis pas le seul descendant ! Et là… allez savoir pourquoi, mais accepter le fait que je doive désormais partager certains ancêtres fétiches avec des centaines d’autres personnes, avec des dizaines de généalogistes, ça me fait tout drôle.

Je suis peut-être un peu trop exclusif. La généalogie c’est du partage, mais suis-je réellement obligé de partager mes ancêtres à moi ? On est forcément heureux de se découvrir des cousins, qui plus est partageant la même passion et le même intérêt pour nos ancêtres, en s’échangeant des documents.
Mais parfois, allez… avouez ! ne vous arrive-t-il pas de penser que cet ancêtre, niché au fin fond de son XVIIIème siècle, c’est le vôtre, et pas celui d’un autre ?


Poursuivez votre lecture

Avant, j’avais écrit :
Après, j’ai écrit :

6 commentaires

  1. maiwennb dit :

    ça fait plusieurs fois que je me prends les doigts dans le clavier en voulant te laisser des commentaires… c’est la fatigue…
    en résumé d’après mes souvenirs, je répondais donc à ton poste de considérations (qui m’a bien fait rire) que… POURVU QUE JE NE COUSINE PAS AVEC TOI !!! tu m’en voudrais !
    seul lot de consolation… tu es le seul (avec tes frères/soeurs etc) à être le pur produit de tous ces petits messieurs et mesdames… et pas le voisin (quoique les voisins peuvent avoir eu un rôle aussi dans cet imbroglio de hasard vertigineux)…

  2. maiwennb dit :

    et puis d’abord, quand il y a cousinage, le sosa de l’ancêtre commun n’est jamais le même que celui du cousin découvert :) (décidement je vais monter un groupe facebook : je suis jeune, je fais de la généalogie et j’assume (ou pas) )

    c’était la pensée du samedi :)

    M.

  3. Raphaël dit :

    Si je suis bien ton raisonnement, en fait je dois juste empêcher mes sœurs de faire de la généalogie ?
    En même temps j’ai une mauvaise mémoire des chiffres : je me rappelle quand même plus facilement du nom de quelqu’un que de son numéro sosa. Non non non tu ne me convertiras pas aux mathématiques !

  4. Cocojobo dit :

    Au contraire … j’adore partager mes ancêtres … surtout mes ancêtres « fétiches ».
    Rester dans son coin et faire tout seul sa généalogie, c’est dommage … et au contraire, c’est génial de pouvoir rencontrer des cousins éloignés inconnus, ou non, et d’échanger.

  5. Raphaël dit :

    Mais on peut tout à fait partager son savoir sur ses ancêtres et refuser de les partager avec des cousins ! non ? vraiment pas ? zut ! lol
    Il va falloir que je m’y fasse ! ;-) avec les « cousins » qui me deviennent connus je trouve effectivement que c’est un plaisir de discuter et faire connaissance. Mais ceux qui me font peur sont tous ceux que je ne connais pas et qui vont me voler mes ancêtre fétiches ! Comme dit Maïwenn, méfie-toi si tu cousines avec moi héhé…

  6. pig dit :

    j’habite à Talence et je ne sais pas quoi faire de mes journées

Publier un commentaire à propos de cet article