Des Racines et des Êtres

Blog généalogique de Raphaël Piéchaud

Pour un ancêtre acheté, un ancêtre offert !

Je viens de confirmer, via l’acte de mariage, que Marie Madeleine Couppel, épouse de Georges Henri Le Royer, était bien la Marie Madeleine fille de Pierre Couppel et de Françoise Le Crônier [1].

J’attendais la réouverture des archives en ligne de l’Orne pour partir à la recherche du mariage Le Royer & Couppel. Et hop, je lis sur l’acte de baptême à Mantilly d’un de leur fils, qu’ils se sont en fait mariés à Lesbois… en Mayenne !

Ce qui signifie donc que Jean François Guillaume Fouilleul (fils de Françoise Couppel) s’est marié avec sa cousine germaine Marie Anne Hilaire Le Royer (fille de Marie Madeleine Couppel). Vous suivez ?

C’est ainsi que j’inaugure le premier couple officiellement consanguin de ma généalogie ! [2]

Ce qui me permettra de vérifier si ce couple a eu plus d’enfants que la moyenne et si cette progéniture a vécu moins longtemps et été moins fertile que les enfants d’autres couples, comme tendent à l’indiquer les résultats d’une récente étude islandaise.

Je suis par contre encore un peu dubitatif sur la façon dont je dois accueillir la nouvelle. D’un côté je risque de bien moins me prendre la tête en généalogie puisque désormais, pour un ancêtre de Françoise Couppel acheté, un ancêtre de Marie Madeleine offert. De l’autre, je suis un peu déçu de voir disparaître en fumée les possibilités de recherches passionnantes d’une branche entière.

Notes

[1] Mise à jour de l’arbre en ligne d’ici… quelques semaines probablement, le temps de faire le tour des registres paroissiaux de Mantilly et alentours et de tout vérifier.

[2] Il y avait certes Jean Le Crosnier et Jacquinne Le Fizelier qui ont jouit d’une dispense de consanguinité mais je n’ai pas encore trouvé de quels côtés.


Poursuivez votre lecture

Avant, j’avais écrit :
Après, j’ai écrit :

5 commentaires

  1. maiwennb dit :

    il est temps ! ah tu espérais secrètement être un des rares généalogistes à ne pas avoir d’implexe dans ton ascendance. C’est raté :) ! Je plaisante… Il faut un début à tout… J’ai commencé tôt moi : deux arrières grands-mères de ma mamie sont soeurs. A la 12e génération, avec moins d’un quart des personnes identifiées, j’ai un taux d’implexe de 7%…

  2. Raphaël dit :

    Ah ben bravo les sœurs !

    Je propose un nouveau jeu généalogique : puisque c’est de moins en moins amusant de prouver qu’on descend de Charlemagne (vu que tout le monde en descend), je propose de jouer à celui qui a le pourcentage d’implexe le plus élevé. Bien sûr pour le moment tu me bats!
    Après on pourra combiner et jouer à ceux qui ont le pourcentage de Charlemagne le plus élevé.

  3. Cocojobo dit :

    Je veux bien jouer au pourcentage d’implexe le plus élevé :-)

    Le mien est de 22 %. (7022 ancêtres trouvés, dont 5474 sont distincts)

    Je n’ai qu’un seul couple d’ancêtres qui s’est marié entre cousins germains, par contre mes parents sont de nombreuses fois cousins (au moins 101 fois … mais le lien le plus proche remonte à la Révolution)

    Je pense que des généalogistes originaires des Alpes pourront avoir un % plus élevé. :-)

    Quant à Charlemagne, ce n’est pas encore mon ancêtre … mais peu importe, tous les ancêtres sont intéressants à étudier, qu’ils soient connus ou non, riches ou pauvres …

  4. Raphaël dit :

    Ouai bon là c’est sûr ça va être dur de te rattraper haha !
    Sinon tu as bien raison concernant l’intérêt pour les ancêtres : ils ont tous autant d’importance dans ce que nous sommes. Après il y a en aura toujours pour qui les sources seront plus nombreuses et permettront de s’y attacher un peu plus qu’à d’autres. Mais je trouve ce Charlemagne tellement impersonnel…

  5. maiwennb dit :

    Mais j’en veux pas moi de Charlie lol !

Publier un commentaire à propos de cet article