Catégories
Vie des ancêtres

Les Piéchaud dans la Statistique générale du département de la Gironde

Portrait d'Édouard FéretDifficile de passer outre les biographies d’Édouard Féret lorsqu’on étudie les notables du bordelais à la fin du XIXème siècle. Ouvrage de référence, sa Statistique générale, topographique, scientifique, administrative, industrielle, commerciale, agricole, historique, archéologique et biographique du département de la Gironde (pouvait-on faire titre plus long ?) souvent abrégé en Statistique générale du département de la Gironde, comporte en son plein tome III (Féret & Fils, 1889) des biographies de membres de la « haute » société de l’époque.

C’est en consultant à la BNF des biographies de la famille Piéchaud dans Des hommes et des activités autour d’un demi-siècle (1957), que je constate la mention « Cf. Féret » dans les notices d’Adolphe et Timothée Piéchaud.
Effectivement, dans une notice biographique sur Timothée Piéchaud, parue dans le bulletin Echos’GRAHC, une autre source citée était la Statistique générale du département de la Gironde. Je trouve finalement les deux biographies dans cet ouvrage [1]. Il faut avouer qu’elles sont bien plus complètes que dans Des hommes et des activités…, ce qui me les a rendues tout particulièrement utiles.

Je déploie les abréviations pour plus de clarté :

PIÉCHAUD (Pierre – Armand – Marie – Adolphe), médecin oculiste, né à Abzac (Gironde) le 25 mars 1845 [attention ; il s’agit d’une erreur, Adolphe est né en 1842]. Fils d’un médecin praticien des plus estimés de Bordeaux ; professeur d’ophtalmologie à Paris ; Docteur en médecine de la Faculté de Paris, 1872 ; lauréat de la Faculté de médecine de Paris (thèse inaugurale couronnée au concours, première médaille) ; lauréat de la Société médico-chirurgicale de Liège. Médecin du Sénat depuis 1880 ; médecin inspecteur des écoles du 6ème arrondissement de Paris, 1884 ; médecin inspecteur suppl. du personnel enseignant du département de la Seine ; chargé du service des maladies des yeux à la mairie du 6ème arrondissement ; médecin oculiste du Syndicat de la presse parisienne, de la Société des auteurs et compositeurs dramatiques. Auteur de : Essai sur les phénomènes morbides de la pression intra-oculaire ; Cataractes traumatiques, Paris, 1876 ; Les misères du siècle : cérébraux, névropathes, alcooliques, amaurotiques et aveugles ; La criminalité chez les enfants, avec une lettre-préface de Jules Simon, de l’Académie française, Paris, Marpon et Flammarion, 1888, in-12.

PIÉCHAUD (Antoine – Ludovic – Timothée) chirurgien, né à Abzac (Gironde) le 9 février 1850 ; frère du précédent ; interne des hôpitaux de Bordeaux de 1867 à 1871 ; interne des hôpitaux de Paris. Aide d’anatomie de la faculté de Paris en 1880 ; lauréat et Docteur de cette Faculté en 1880. Chef de clinique chirurgicale à la Faculté de médecine de Bordeaux, chargé de celle des enfants en 1881 ; agrégé des Facultés le 24 juilet 1883. Il a rédigé les leçons de clinique chirurgicale du Dr Lanelongue de Bordeaux, publiées en 1888, 1 fort volume in-8°. On a de lui : De la ponction et de l’incision dans les maladies articulaires, Paris, 1880 ; Que faut-il entendre par l’expression de choc traumatique, Paris, 1881 ; Traitement du cancer du rectum, Paris, 1883 ; Maladies chirurgicales de l’enfance, leçons cliniques, Bordeaux, Féret et fils, 1888, in 8°.

Comme vous le voyez, la boucle est bouclée puisque c’est justement aux éditions Féret & fils qu’avait été édité Maladies chirurgicales de l’enfance… de Timothée Piéchaud. Les éditions Féret sont spécialisées dans les ouvrage sur le vin et la viticulture, fallait-il y voir un rapport de cause à effet ?

(Photo : Édouard Féret – crédit : éditions Féret)

Notes

[1] Édouard FÉRET, Statistique générale, topographique, scientifique, administrative, industrielle, commerciale, agricole, historique, archéologique et biographique du département de la Gironde, Bordeaux, Féret & Fils, 1889, tome III, p. 505

Catégories
Méthodes & Outils

Des hommes et des activités autour d’un demi-siècle

Après être tombé sur des travaux en ligne sur Adolphe ou Timothée Piéchaud, citant l’ouvrage de Jean et Bernard Guérin, Des hommes et des activités autour d’un demi siècle (Bordeaux, 1957), je profitais d’une journée à la BNF pour y faire quelques recherches.

L’ouvrage est une référence [1] pour l’étude des notabilités bordelaises entre la fin du XIXè siècle et la première moitié du XXè. Avec une bonne présence des Piéchaud, puisqu’on y trouve pas moins de neuf notices biographiques, allant d’une simple ligne à plusieurs paragraphes selon le personnage, dont [2] :

PIÉCHAUD (Adolphe). Cf. Féret. Né à Abzac (Gironde) le 25 mars 1845 [attention : Adolphe est en fait né en 1842]. Docteur en médecine, accomplit toute sa carrière à Paris, notamment comme oculiste du Sénat et de divers groupements ou associations du VIè arrondissement. Il avait créé une clinique des maladies des yeux qu’il dirigea jusqu’à sa mort. Auteur de nombreuses études sur l’ophtalmologie, il collabora, pour cette spécialité, à la Grande Encyclopédie dirigée par Berthelot. Fondateur du Journal d’Ophtalmologie dont il était rédacteur en chef. Chevalier de la Légion d’honneur, officier d’Académie. Mort à Paris le 28 septembre 1899.

PIÉCHAUD (Timothée). Cf. Féret. Frère du précédent. Né à Abzac (Gironde) le 9 février 1850, mort à Bordeaux le 28 décembre 1905. Professeur à la faculté de médecine de Bordeaux. Éminent chirurgien. Auteur d’importantes études sur la chirurgie infantile et orthopédique. Marié à Mlle Cardez. Il eut huit enfants, dont quatre fils : Martial, Pierre, Louis et Ferdinand, qui suivent.

Les autres notices sont celles de Martial (homme de lettres), Pierre (médecin), Olivier (officier), Michel (chercheur), Louis (homme de lettres), Ferdinand (médecin) et Dominique (sculpteur, dessinateur) Piéchaud. Pour les personnes intéressées, je peux faire suivre par mail (contact).

Liens internes : Timothée Piéchaud, famille Piéchaud.

Notes

[1] Malheureusement difficilement trouvable, même sur eBay !

[2] Jean & Bernard GUÉRIN, Des hommes et des activités autour d’un demi siècle, Bordeaux, Delmas, 1957, p. 565