Des Racines et des Êtres

Blog généalogique de Raphaël Piéchaud

L’acte de mariage reconstitué Chambron & Desgroux aux archives de Paris

En l’état actuel de mes recherches, je n’ai pas de lignée parisienne dans mes ancêtres. Mais certains ont déjà croisé la capitale. Deux s’y sont même mariés (ensemble, hein !).

J’avais trouvé il y a quelques années déjà une référence au contrat de mariage de François Henry CHAMBRON et Gabrielle Augustine Adèle DESGROUX (sosas 122 et 123) dans un acte de vente initié par leur petit fils Joseph FOUILLEUL (sosa 30). Le contrat était passé devant notaire à Paris le 22 mai 1828. Comme l’acte de mariage ne m’était pas nécessaire pour remonter les ascendances des époux (j’avais déjà connaissance des dates et lieux de naissance dans divers documents familiaux), j’avais mis de côté la recherche du document.

Puis je me suis finalement décidé à faire un saut aux Archives Nationales, où sont conservés les registres des notaires parisiens. Le contrat de mariage est très instructif sur les possessions de chacune des parties : le fonds de commerce de l’époux, maître chapelier rue Saint-Denis à Paris, les droits de l’épouse dans une maison, deux moulins et des prairies à Poix (Somme).
Malgré des informations aléatoires sur leur état-civil : prénoms, noms et qualités des parents, mais pas d’âges, encore moins de dates et lieux de naissance :

M. François Henry CHAMBRON, Me Chapellier, demeurant
à Paris rue St-Denis n°30,
fils majeur de défunt Henry Chambron boulanger et de De
Marie Angot décédée sa veuve.

&

Et Mlle Gabriele Augustine Adèle DESGROUX
demeurant à Paris rue de Bussy n° 28, chez M. Ledoux [Marchand] de nouveautés
fille majeure de défunt Jean Baptiste Desgroux [marchand] épicier
et de Made Adelaïde Marguerite Julie Beuvain, restée sa veuve
demeurant à Poix département de la Somme. [1]


Pour l’acte de mariage, direction les Archives de Paris : après avoir repéré la date en consultant le fichier alphabétique de l’état-civil reconstitué (numérisé et en ligne), je me suis rendu hier sur place pour consulter l’acte… Qui n’en dit vraiment pas plus que le contrat de mariage. Et pour cause !

En 1871, les Communards eurent la bonne idée de brûler l’Hôtel de Ville de Paris. La collection communale de l’état-civil parisien brûla elle aussi. Et comme en ces temps-là on ne faisait pas les choses à moitié, on brûla aussi le Palais de Justice, ce qui anéantit également la collection d’état-civil du greffe.
Hormis quelques registres sauvegardés ça et là, il a donc fallu, à partir de 1872, reconstituer les registres paroissiaux et d’état-civil parisiens, à l’aide des registres de notaires, des registres de catholicité conservés par les paroisses, et de la bonne volonté des Parisiens qui amenèrent divers documents et extraits d’actes pour compléter les périodes lacunaires. Selon les Archives de Paris, 8 millions d’actes auraient été détruits en 1871, mais un tiers ont tout de même pu être reconstitués.

L’acte de mariage civil de mes ancêtres a probablement été reconstitué à partir des seules sources disponibles : le contrat de mariage et l’acte de mariage religieux [2].

Acte de mariage

Rétabli en vertu de la Loi du 12 février 1872, par la __ section de la Commission,
dans sa séance du __________________________

4è ARRONDISSEMENT DE PARIS [3] – ANNÉE 1828

L’an mil huit cent vingt-huit, le vingt
quatre juin, à Paris,
Acte de mariage de François Henry
CHAMBRON, chapelier, demeurant rue
Saint-Denis, n° 30, fils de François
Henry Chambron et de Marie Angot,
son épouse, tous deux décédés ;
Et de Gabrielle Augustine Adèle
DESGROUX, demeurant rue de Bussy, n° 28,
fille de Jean Baptiste Desgroux, décédé,
et de Marguerite Adélaïde Julie Beuvain,
sa veuve. [4]

Heureusement que ce mariage n’était pas bloquant dans mes recherches, car hormis quelques indications de villes fournies dans le contrat de mariage, j’aurais risqué un peu de souci pour retrouver l’origine de l’époux.

  1. Contrat de Mariage de François Henry CHAMBRON et Gabrielle Augustine Adèle DESGROUX, 22 mai 1828, Étude CI (notaire : Louis Jean Marie Morel D’Arleux), ET/CI/1030, Minutier Central des Notaires Parisiens, Archives Nationales []
  2. Mise à jour du 12 août 2010 : je l’ai trouvé ce matin en consultant les registres de catholicité de la paroisse Saint-Germain-des-Prés (celle de l’épouse), au 24 juin 1828 aussi. Il ne donne quasiment pas d’information supplémentaire à part les paroisses parisiennes des époux et les témoins au mariage. []
  3. À noter que l’époux habitait dans le VIème arrondissement ancien, quartier des Lombards, et l’épouse dans le Xème arrondissement ancien, quartier de La Monnaie. []
  4. Acte de mariage reconstitué de François Henry CHAMBRON et Gabrielle Augustine Adèle DESGROUX le 24 juin 1828 à Paris, 5 Mi1 / 2053, AD75 []

Poursuivez votre lecture

Avant, j’avais écrit :
Après, j’ai écrit :

9 commentaires

  1. quand c’est bloquant, c’est à s’arracher les cheveux ^^ !!! snif…

  2. Raphaël dit :

    Toi tu as l’air de bloquer quelque part en ce moment ? :)

  3. en ce moment depuis des années en fait…
    - couple non mariés dans les années 1820.. qui a 4 enfants ensemble.. Lui ça va j’ai pu remonter. Elle non. Et en plus elle n’est a priori pas décédée à Paris.. Le nom est picard, mais c’est grand la Picardie.. voire le Nord ! j’attends les prochaines mises en ligne pour d’éventuels indices
    - un acte de naissance reconstitué.. avec mention des parents, ms juste le nom..aucune certitude donc sur l’homonyme à 75% d’un ancêtre..
    Le problème des actes reconstitués, c’est quand personne n’a demandé la reconstitution justement ! pas ou peu de descendants (en l’occurence 1 !)..

    En fait les ancêtres parisiens, c’est un peu comme ma philosophie personnelle par rapport à la capitale : moins ils y ont vécu (en nbre de génération), mieux les recherches se portent.. Moins j’y reste, mieux je me porte ;-)

  4. Raphaël dit :

    Hahaha ! Oui mais nous on a la BN et les AN :)

    Ton couple ne s’est pas marié, ou bien tu n’a pas réussi à trouver le mariage ?
    En tout cas, ce ne sont pas les actes reconstitués qui aideront à remonter dans sa généalogie à Paris ! Du coup je suis bien d’accord avec la partie archivistique de ta philosophie personnelle :)

  5. Emmelyn Castera dit :

    Bonjour,
    Il m’arrive la chose la plus idiote , je pense, pour la genealogiste-amateure que je suis. Il y a qqs mois, l’acte de naissance reconstitue , chose tres difficile, de l’ancetre de la famille de mon mari: Claude de Baussan. Mais aujourd’hui que je veux y retourner, impossible de le faire car je ne me souviens pas du tout des manoeuvres effectuees pour y arriver. Je me souviens seulement, que « Gallica » etait a la base du portail.
    Il s’agit de l’annee 1670, a Paris, eglise Saint-Andre-des-Arts.
    Pouvez-vous, je vous prie me guider sur la marche a suivre.
    Merci de me repondre. Sauvez-moi…Help
    Emmelyn.

  6. Raphaël dit :

    Bonjour Emmelyn,

    Je n’ai pas tout à fait compris votre question. Pour consulter l’acte reconstitué, il faut vous rendre aux Archives de Paris (http://www.archives.paris.fr/) car le site internet ne permet que de consulter le fichier alphabétique, qui vous donnera la date et l’arrondissement.

    Bonnes recherches !

  7. Emmelyn Castera dit :

    Bonjour Raphael,
    Merci de m’avoir repondu. En me relisant, je vois qu’en effeet, je n’ai pas ete claire.
    Je voulais dire que sur le net, en etant chez moi, [j'habite Haiti], j’avais deja trouve et meme imprime l’acte reconstitue que je recherchais [ de l'an 1670]. Mais impossible de recheminer le meme trajet. Cependant, merci pour le renseignement, je vais le suivre.
    Merci et bonne continuite.

  8. CHOBELET dit :

    Depuis 8 jours je m’évertue à chercher les noms de mes ancêtres : TOUZEAU, JOSEPH, CHOBELET en Charente maritime, GRATON, JOSEPH en Vendée.
    IMPOSSIBLE !! Suis-je de génération spontanée !
    Help !!

  9. Anne-Marie dit :

    Belle plongée dans les époques antérieures. J’adore cela aussi

Publier un commentaire à propos de cet article