Catégories
Mes recherches

L’acte de mariage reconstitué Chambron & Desgroux aux archives de Paris

En l’état actuel de mes recherches, je n’ai pas de lignée parisienne dans mes ancêtres. Mais certains ont déjà croisé la capitale. Deux s’y sont même mariés (ensemble, hein !).

J’avais trouvé il y a quelques années déjà une référence au contrat de mariage de François Henry CHAMBRON et Gabrielle Augustine Adèle DESGROUX (sosas 122 et 123) dans un acte de vente initié par leur petit fils Joseph FOUILLEUL (sosa 30). Le contrat était passé devant notaire à Paris le 22 mai 1828. Comme l’acte de mariage ne m’était pas nécessaire pour remonter les ascendances des époux (j’avais déjà connaissance des dates et lieux de naissance dans divers documents familiaux), j’avais mis de côté la recherche du document.

Puis je me suis finalement décidé à faire un saut aux Archives Nationales, où sont conservés les registres des notaires parisiens. Le contrat de mariage est très instructif sur les possessions de chacune des parties : le fonds de commerce de l’époux, maître chapelier rue Saint-Denis à Paris, les droits de l’épouse dans une maison, deux moulins et des prairies à Poix (Somme).
Malgré des informations aléatoires sur leur état-civil : prénoms, noms et qualités des parents, mais pas d’âges, encore moins de dates et lieux de naissance :

M. François Henry CHAMBRON, Me Chapellier, demeurant
à Paris rue St-Denis n°30,
fils majeur de défunt Henry Chambron boulanger et de De
Marie Angot décédée sa veuve.

&

Et Mlle Gabriele Augustine Adèle DESGROUX
demeurant à Paris rue de Bussy n° 28, chez M. Ledoux [Marchand] de nouveautés
fille majeure de défunt Jean Baptiste Desgroux [marchand] épicier
et de Made Adelaïde Marguerite Julie Beuvain, restée sa veuve
demeurant à Poix département de la Somme.1


Pour l’acte de mariage, direction les Archives de Paris : après avoir repéré la date en consultant le fichier alphabétique de l’état-civil reconstitué (numérisé et en ligne), je me suis rendu hier sur place pour consulter l’acte… Qui n’en dit vraiment pas plus que le contrat de mariage. Et pour cause !

En 1871, les Communards eurent la bonne idée de brûler l’Hôtel de Ville de Paris. La collection communale de l’état-civil parisien brûla elle aussi. Et comme en ces temps-là on ne faisait pas les choses à moitié, on brûla aussi le Palais de Justice, ce qui anéantit également la collection d’état-civil du greffe.
Hormis quelques registres sauvegardés ça et là, il a donc fallu, à partir de 1872, reconstituer les registres paroissiaux et d’état-civil parisiens, à l’aide des registres de notaires, des registres de catholicité conservés par les paroisses, et de la bonne volonté des Parisiens qui amenèrent divers documents et extraits d’actes pour compléter les périodes lacunaires. Selon les Archives de Paris, 8 millions d’actes auraient été détruits en 1871, mais un tiers ont tout de même pu être reconstitués.

L’acte de mariage civil de mes ancêtres a probablement été reconstitué à partir des seules sources disponibles : le contrat de mariage et l’acte de mariage religieux2.

Acte de mariage

Rétabli en vertu de la Loi du 12 février 1872, par la __ section de la Commission,
dans sa séance du __________________________

4è ARRONDISSEMENT DE PARIS3 – ANNÉE 1828

L’an mil huit cent vingt-huit, le vingt
quatre juin, à Paris,
Acte de mariage de François Henry
CHAMBRON, chapelier, demeurant rue
Saint-Denis, n° 30, fils de François
Henry Chambron et de Marie Angot,
son épouse, tous deux décédés ;
Et de Gabrielle Augustine Adèle
DESGROUX, demeurant rue de Bussy, n° 28,
fille de Jean Baptiste Desgroux, décédé,
et de Marguerite Adélaïde Julie Beuvain,
sa veuve.4

Heureusement que ce mariage n’était pas bloquant dans mes recherches, car hormis quelques indications de villes fournies dans le contrat de mariage, j’aurais risqué un peu de souci pour retrouver l’origine de l’époux.

  1. Contrat de Mariage de François Henry CHAMBRON et Gabrielle Augustine Adèle DESGROUX, 22 mai 1828, Étude CI (notaire : Louis Jean Marie Morel D’Arleux), ET/CI/1030, Minutier Central des Notaires Parisiens, Archives Nationales []
  2. Mise à jour du 12 août 2010 : je l’ai trouvé ce matin en consultant les registres de catholicité de la paroisse Saint-Germain-des-Prés (celle de l’épouse), au 24 juin 1828 aussi. Il ne donne quasiment pas d’information supplémentaire à part les paroisses parisiennes des époux et les témoins au mariage. []
  3. À noter que l’époux habitait dans le VIème arrondissement ancien, quartier des Lombards, et l’épouse dans le Xème arrondissement ancien, quartier de La Monnaie. []
  4. Acte de mariage reconstitué de François Henry CHAMBRON et Gabrielle Augustine Adèle DESGROUX le 24 juin 1828 à Paris, 5 Mi1 / 2053, AD75 []
Catégories
Mes recherches

Siméon ou Noël Fouilleul : qui l’emportera ?

Je vous avais parlé il y a quelques temps des armoiries des Fouilleul, déposées en 1701 par Siméon et Noël Fouilleul, de Domfront selon le brevet d’enregistrement et l‘Armorial Général de France. Comme le brevet d’enregistrement m’est parvenu via Joseph Fouilleul, je suppose qu’un des deux est mon ancêtre. Mais qui, de Siméon ou de Noël (ou peut-être les deux à la fois s’ils étaient père et fils) ?

Brevet d'enregistrement des armoiries des Fouilleul (1701)

Avec la réouverture des archives en ligne de l’Orne, j’ai pu me relancer dans mes recherches sur les Fouilleul à travers les registres paroissiaux de Mantilly. Hier j’ai trouvé le mariage de Jean Fouilleul et de Louise Jamont (ou Jamond), mes sosas 480 et 481, le 21 avril 1751 à Mantilly. Jean Fouilleul, sieur des Landes et notaire royal, y est dit fils de défunt Jean Fouilleul sieur de la Buissonnière [1].

On approche donc de la solution qui se trouve, j’imagine, environ deux à trois générations au-dessus de Jean Fouilleul sieur des Landes. Bien sûr il ne pourra s’agir que d’une supposition tant que des dates de naissance ou des documents plus précis ne viendront pas confirmer l’identité de ces Siméon et Noël Fouilleul.

Notes

[1] Les différents actes trouvés orthographient « Bissonniere » mais l’IGN indique « Buissonnière » comme lieu-dit.

Catégories
Mes recherches

De l’Orne à la Mayenne

J’ai finalement été très peu affecté par la fermeture temporaire pour amélioration des archives en ligne de l’Orne. Je les attendais un peu comme le messie et elles sont vite reparties dans leur lieu de méditation. Mais durant leur court intervalle d’accessibilité sur la toile, j’ai eu l’occasion de les exploiter tant que je pouvais.

Joseph FOUILLEULJ’avais déjà entamé des recherches sur ma branche Fouilleul : mon trisaïeul Joseph Fouilleul (tiens ça rime), avocat à Thiers, s’est marié et a fini ses jours dans le Puy-de-Dôme. Il était né à Sainte-Scolasse dans l’Orne. De nombreux papiers familiaux (copies d’actes, documents notariaux…) m’avaient depuis l’an dernier permis de remonter jusqu’au début du XIXème siècle sur une partie de son ascendance ornaise.

En consultant sur Internet l’état-civil et les registres paroissiaux de l’Orne pendant quelques jours, j’ai pu confirmer ces informations généalogiques et prolonger la remontée temporelle. Mais surtout, en une génération manquante, je suis tombé sur une ancêtre originaire de la Mayenne, Françoise Couppel, l’arrière-grand-mère de Joseph Fouilleul. Il faut dire que cette branche des Fouilleul vivait à Mantilly, qui se trouve à la confluence de trois départements : Orne, Manche et Mayenne.

Signature de Françoise COUPPEL en 1775

De Mantilly j’ai donc rejoint la paroisse de Lesbois sur les registres paroissiaux des archives en ligne de la Mayenne [1], puis Saint-Aubin-Fosse-Louvain. J’ai ainsi pu tranquillement continuer ma route ancestrale en Mayenne, tandis que les voies de l’Orne me devenaient impénétrables. Pour le moment je continue d’approfondir la branche Couppel de Saint-Aubin-Fosse-Louvain, collatéraux compris, et je m’étend lentement vers les communes voisines, mayennaises ou non.

Il me reste encore plusieurs actes de cette recherche à transcrire et synthétiser, mais je pense pouvoir mettre le résultat en ligne d’ici deux à trois semaines, via une mise à jour spéciale Mayenne de mon arbre généalogique en ligne.

Iconographie :
– photo de Joseph Fouilleul
– signature de Françoise Couppel sur son acte de mariage en 1775 à Mantilly (61)

Notes

[1] La présence des recensements de population numérisés est d’ailleurs d’une précieuse utilité !