Catégories
Insolite

Logo funéraire

Je suis tombé sur cette petite tête de mort dessinée (ou plutôt imprimée), en consultant le registre des sépultures du Château d’Oléron (Charente Maritime) pour l’année 1776 (AD17 en ligne, vue 190) :

Couverture du registre des sépultures de 1776 au Château d'Oléron (17)

Tête de mort illustrant la page de couverture du registre

Cette page de couverture a tout l’air d’avoir été imprimée, mais je n’étais jamais encore tombé sur ce genre d’illustration. Au moins, le contenu du registre est on ne peut plus clair !

Catégories
Vie des ancêtres

Des légendes aux faits : les migrations de la famille Piéchaud

Mise à jour : cet article date de 2008 et est à compléter par celui-ci plus récent : L’ascendance Piéchaud en Auvergne enfin débloquée.

Plutôt que de vous raconter toujours la même histoire dans plusieurs billets, je vais ici tout vous dire sur ma branche patronymique, les Piéchaud. En tout cas les bases. Mais voui !

Mon grand-père est né à Bordeaux. Dans ma petite tête, cela faisait des Piéchaud une famille bordelaise. De préciser que son père était lui-même né à Bordeaux, de même que le père de son père était né à Abzac en Gironde, et la mère de son père à Bordeaux. Mais voui !

Volcans d'AuvergneAu-delà (c’est à dire, aux yeux des enfants, au Moyen-Âge voire à la Préhistoire), il y avait bien cette légende familiale qui donnait aux Piéchaud des origines auvergnates (on n’était pourtant pas limonadiers), avec cette jolie étymologie du patronyme qui domiciliait nos ancêtres aux pieds (chauds) des volcans. Oui, ces volcans éteints depuis des milliers d’années.

Avant d’avoir pu me lancer dans une quelconque généalogie girondine, j’ai eu l’extraordinaire chance de découvrir, il y a environ deux ans, les mémoires d’un ancêtre : Louis-Guillaume Piéchaud, né en 1811. Louis-Guillaume, c’est un type qui, s’il n’avait pas que des bons côtés, avait tout pour (me) plaire : il mettait un accent sur son nom, il était très porté sur la généalogie et les portraits de famille, et il a laissé trois beaux volumes de ses mémoires.

Et bien Louis-Guillaume n’est pas né à Bordeaux ni même à Abzac comme ses enfants ou son épouse. Il naquit à Chéray, en la commune de Saint-Georges, île d’Oléron, département de Charente-Maritime. Toujours selon mon ancêtre, son père Guillaume était aussi né sur l’île, fils d’Élisabeth Etellier, une oléronaise, et de Jean Piéchaud, un marchand d’étoffes venu d’Auvergne1 :

C’est ainsi que vers 1770 arrivèrent à l’île d’Oleron deux frères et une sœur Piéchaud natifs de la paroisse de Louche2, Province d’Auvergne, évêché de Clermont, département du Puy de Dôme, pays où se fait particulièrement le commerce de la toile et du linge de toute espèce, d’autres documens [sic] les diraient natifs de Pradée, commune d’Allége3, dept. du Cantal, Auvergne. Toutefois la première version se trouve conforme aux actes de mariage et de décès, elle est donc la plus probable.

[Note : mon ancêtre fait ici une erreur, car c’est en fait bien de Pradiers que les Piéchaud sont originaires !]

Louis-Guillaume Piéchaud ne remonte pas plus loin. Les souvenirs de famille se fondent dès lors dans les récits de légendes. La branche auvergnate sera donc pour moi une pleine découverte !

Vous le voyez, afin de suivre les péripéties de la branche Piéchaud, il faudra parcourir les archives de trois départements : la Gironde, puis la Charente-Maritime et enfin (?) le Puy-de-Dôme ou le Cantal. Depuis cette année cependant, la distance n’est plus trop un problème pour ce qui concerne le squelette des recherches : la Gironde, la Charente-Maritime (et éventuellement le Cantal) ont désormais leurs registres paroissiaux et d’état-civil en ligne ! À ceci près que la Gironde ne propose pas encore de numérisation pour Bordeaux ou Abzac…

À noter pour compléter le tableau qu’il existait une famille Piéchaud en Gironde, à Pessac : les tables décennales de la commune révèlent de nombreux actes au courant du XIXème siècle. Ce sera également une autre étape de recherche, afin de déterminer si cette famille se rattache à la mienne ou bien si la similarité du nom n’est que simple coïncidence…

  1. Le passage suivant est extrait des mémoires de Louis-Guillaume Piéchaud. []
  2. Peut-être aujourd’hui le lieu-dit Louche, commune de Domaize. []
  3. Il s’agit en fait de la commune de Pradiers, autrefois rattachée à la paroisse d’Allanche, dans le Cantal. []
Catégories
Archives en ligne

Les archives départementales de Charente-Maritime sont en ligne !

C’est un déluge comme on les aime. Après les archives en ligne du Cantal qui ont ouvert au début du mois, et les débuts timides mais annoncés des archives en ligne du Doubs ou du Nord, voici une autre excellente nouvelle pour les généalogistes sédentaires ou extra-métropolitains : la Charente-Maritime est en ligne, comme nous l’a gentiment fait savoir Gilles Dubois sur son blog.

Bandeau des Archives départementales en ligne de Charente-Maritime

Malgré l’interface de consultation qui semble inédite, c’est le déjà bien connu Archimaine qui se cache derrière. Étonnamment, les quelques 4 millions de pages annoncées par les Archives sont directement hébergées par les serveurs du département. On peut ainsi lire sur le site d’Archimaine que « [les] resources sont […] simultanément utilisées aussi bien par les internautes que par les lecteurs se rendant aux archives […] et par le personnel des archives […]« . Bonjour l’embouteillage !

Vous allez me dire et alors ?, tu ne nous as jamais parlé du 17. Et bien si. Ma branche patronymique, girondine depuis le XIXème siècle, aura fait un crochet par l’île d’Oléron après avoir quitté l’Auvergne. J’ai déjà les filiations, dates et lieux pour remonter de ma petite personne jusqu’à Louis-Guillaume Piéchaud, mon ancêtre né sur l’île en 1811. Pour remonter encore plus, les informations sont moins précises, tout au plus sais-je que le père de mon ancêtre se nommait Guillaume, très probablement fils d’un Jean Piéchaud venu d’Auvergne. Mais d’où en Auvergne ?

Arbre simplifié de mon ascendance jusqu'à Jean Piéchaud

La consultation des archives d’état-civil de Charente-Maritime va peut-être, en tout cas je l’espère, pouvoir répondre à ma question. Sinon je me jetterai à corps perdu dans les archives notariales souvent plus bavardes…

Les premiers essais que j’ai fait ce weekend ont été très positifs, avec deux actes dont je connaissais les lieux et dates : la naissance de Louis Guillaume Piéchaud et le décès de Guillaume, son père, sur l’île d’Oléron. Comme pour le Cantal, il manquerait une meilleure résolution à l’export des vues. C’est comme cette vilaine manie de vouloir à tout prix nous faire imprimer les actes (vive le gaspillage de papier) au lieu de proposer simplement l’export en fichier image ou PDF…

Acte de naissance de Louis-Guillaume Piéchaud (1811 - Saint-Georges d'Oléron - vue 135)

Pour ma part, hormis ces essais plutôt fructueux, je vais encore attendre un peu avant d’y faire un tour prolongé. Si je bossais un peu dans l’ordre, par exemple celui de la mise en ligne d’archives, je devrais en effet toujours être sur le site de l’Orne. J’avais bien fait une très large incursion sur celui de Maine-et-Loire pour tâter l’état-civil, mais j’ai logiquement commencé à ralentir avec les registres paroissiaux.

Avec les migrations trans-départementales de quelques branches familiales, pour être tout à fait rigoureux je devrais attendre de consulter l’état-civil du Puy-de-Dôme avant de me lancer sur les archives en ligne du Cantal, autant que je devrais attendre les nouvelles communes sur le site des AD de Gironde, afin de pouvoir me lancer sur l’Hérault et le Doubs (qui ne fait que balbutier pour le moment) !

Ah, et sinon oui, le lien direct : archives en ligne de Charente-Maritime.