Catégories
Archives en ligne

Les archives départementales du Calvados sont en ligne… et payantes

Logo du département du Calvados

Quelque chose me dit que la mise en ligne des archives du Calvados risque de faire un peu de bruit : et pour cause, elle est payante.

Bis repetita

Ce n’est pas la première fois qu’un accès à des archives en ligne est payant, et tout le monde se souvient des multiples remous causés par des annonces similaires. Certains perdurent avec un abonnement payant (Savoie et Meurthe-et-Moselle) quand d’autres avaient préféré faire machine arrière et passer à l’accès gratuit (Hérault).

La Meurthe-et-Moselle (relire mon billet à ce propos) avait été l’occasion de plusieurs billets sur les blogs généalogiques, couplés à de longues et passionnantes discussions sur la question. Est-ce normal, est-ce acceptable de faire payer l’accès aux archives numérisées sur internet ? Le peuple généalogique de pétitionner pour exiger l’accès gratuit.

Je ne compte pas revenir sur le sujet, ma façon de voir les choses n’a pas forcément beaucoup changé depuis la dernière polémique : j’essaie toujours d’être conciliant avec tout le monde, c’est ça qui me perdra.

La bonne paye

Malgré tout, il est triste de constater l’égoïsme de ces départements, qui justifient l’accès payant par le fait qu’ils ne peuvent faire supporter à leurs administrés le coût d’une mise en ligne qui intéresserait essentiellement les extra-départementaux.
Ce qui n’empêche donc pas les-dits administrés de profiter gratuitement des archives mises en ligne par les autres départements.

Et puis, avec un accès payant, l’utilisateur (devenu client) est en droit d’attendre un service irréprochable. Comment, après avoir payé, accepter les oublis de numérisation, les exports en résolution moyenne, etc. On espère par exemple que la grosse mention « Archives départementales du Calvados« , surimprimée en diagonale sur les PDF d’export, n’est affichée que dans la version d’essai gratuite :-)

Exemple d'une page d'archives exportée depuis le site des AD14
Photo réalisée sans trucage

Dans les faits, Le Calvados brade les prix si on peut dire, et propose des forfaits un peu moins cher que la Meurthe-et-Moselle à son lancement (dont les tarifs ont depuis été rajustés). L’abonnement pour 2 jours (2 x 24 heures consécutives) se négocie à 2 euros. Pour 30 fois 24 heures, il vous en coûtera 20 euros, et pour la formule à l’année comptez tout de même 200 euros !

Une fois de plus, je serais curieux de savoir au bout de combien de temps les archives du Calvados feront leurs premiers bénéfices avec les archives mises en ligne. Qu’en est-il de la Meurthe-et-Moselle ?

Jetons un méchant pavé dans la mare

Et si on punissait les administrés des départements qui n’ont pas fait de mise en ligne, ou qui font payer l’accès en ligne aux archives ? Allez hop !

  • Vous êtes dans le Val d’Oise ou la Manche ? Pas de chance, vous n’aurez accès à aucune archive en ligne, gratuite ou payante.
  • Vous êtes dans le Calvados ? Vous aurez accès aux archives en ligne des autres départements contre monnaie virtuelle mais toujours trébuchante : 2 euros les 2 jours ou 200 euros les 365.
  • Vous êtes dans la Mayenne, l’Hérault, le Cantal, la Maine-et-Loire ? Vous avez accès gratuitement à toutes les archives mises en ligne (sauf celles déclarées payantes par leur conseil général)
  • Vous êtes en Gironde ou dans le Puy-de-Dôme ? Vous n’aurez accès qu’à 66% des communes en ligne sur les autres départements, tant que vos départements n’auront pas mis en ligne les communes manquantes :-)
Catégories
Archives en ligne

En attendant l’inauguration officielle… les archives du Cantal sont en ligne !

Peut-être qu’il ne faut pas le dire mais, après tout, ce qui est en ligne et accessible n’a pas besoin de rester secret, même si c’est en ligne plus tôt que prévu.

Oh et puis non. Si je vous le dis, vous allez tous foncer dessus, et moi qui n’ai pas trop le temps de faire des recherches en ce moment, je risque de me faire dépasser par tout le monde. Et surtout de me retrouver sur un serveur saturé…

Alors non, je ne vous dirai pas que les archives du Cantal sont disponibles en ligne depuis au moins aujourd’hui 4 septembre.

Avec une date d’inauguration officielle fixée au 20 septembre, on gagne donc deux bonnes semaines. Mais ne vous frottez pas trop les mains. Les petits malins qui avaient accédé aux archives en ligne de l’Orne ou de la Maine-et-Loire plus tôt que prévu avaient vite trouvé porte close au bout de quelques heures ou jours. Qu’en sera-t-il du Cantal ? [mise à jour du 05/09 : en fait la mise en ligne est bel et bien officielle, puisqu’annoncée sur la page des archives départementales sur le site du Conseil général]

Extrait de l'acte de baptême de François Passenaud (1742)

L’interface de consultation est l’œuvre de la société nantaise Mnesys qui a pris en charge l’infrastructure et l’hébergement des 2 To (2000 Go) d’images numérisées. Un prestataire qui équipe également les archives en ligne de la Drôme et les archives du Doubs.

www.archives.cantal.fr