Catégories
Archives en ligne

Archives du Puy-de-Dôme : tout l’état-civil du greffe est en ligne !

Les archives départementales du Puy-de-Dôme (63) ont mis en ligne depuis plusieurs jours la dernière partie des registres paroissiaux et d’état-civil de la collection du greffe : les communes de Saillant à Yssac-la-Tourette.

L’ensemble des archives du greffe est donc à présent en ligne. Pour ce qui est de la collection des communes, c’est apparemment toujours en projet, mais demandera un peu plus de temps (accord des communes puis numérisation des registres). Les AD63 ont en tout cas fait preuve d’une ponctualité tout à fait remarquable.

Je suis bien sûr loin d’avoir fini mes recherches sur les communes de A à R, mais cela me permettra de me lancer sur mes ancêtres originaires de Thiers, dont une famille… Thiers !

www.archivesdepartementales.puydedome.com
(accès direct aux archives numérisées)

Catégories
Archives en ligne

Les archives départementales du Calvados sont en ligne… et payantes

Logo du département du Calvados

Quelque chose me dit que la mise en ligne des archives du Calvados risque de faire un peu de bruit : et pour cause, elle est payante.

Bis repetita

Ce n’est pas la première fois qu’un accès à des archives en ligne est payant, et tout le monde se souvient des multiples remous causés par des annonces similaires. Certains perdurent avec un abonnement payant (Savoie et Meurthe-et-Moselle) quand d’autres avaient préféré faire machine arrière et passer à l’accès gratuit (Hérault).

La Meurthe-et-Moselle (relire mon billet à ce propos) avait été l’occasion de plusieurs billets sur les blogs généalogiques, couplés à de longues et passionnantes discussions sur la question. Est-ce normal, est-ce acceptable de faire payer l’accès aux archives numérisées sur internet ? Le peuple généalogique de pétitionner pour exiger l’accès gratuit.

Je ne compte pas revenir sur le sujet, ma façon de voir les choses n’a pas forcément beaucoup changé depuis la dernière polémique : j’essaie toujours d’être conciliant avec tout le monde, c’est ça qui me perdra.

La bonne paye

Malgré tout, il est triste de constater l’égoïsme de ces départements, qui justifient l’accès payant par le fait qu’ils ne peuvent faire supporter à leurs administrés le coût d’une mise en ligne qui intéresserait essentiellement les extra-départementaux.
Ce qui n’empêche donc pas les-dits administrés de profiter gratuitement des archives mises en ligne par les autres départements.

Et puis, avec un accès payant, l’utilisateur (devenu client) est en droit d’attendre un service irréprochable. Comment, après avoir payé, accepter les oublis de numérisation, les exports en résolution moyenne, etc. On espère par exemple que la grosse mention « Archives départementales du Calvados« , surimprimée en diagonale sur les PDF d’export, n’est affichée que dans la version d’essai gratuite :-)

Exemple d'une page d'archives exportée depuis le site des AD14
Photo réalisée sans trucage

Dans les faits, Le Calvados brade les prix si on peut dire, et propose des forfaits un peu moins cher que la Meurthe-et-Moselle à son lancement (dont les tarifs ont depuis été rajustés). L’abonnement pour 2 jours (2 x 24 heures consécutives) se négocie à 2 euros. Pour 30 fois 24 heures, il vous en coûtera 20 euros, et pour la formule à l’année comptez tout de même 200 euros !

Une fois de plus, je serais curieux de savoir au bout de combien de temps les archives du Calvados feront leurs premiers bénéfices avec les archives mises en ligne. Qu’en est-il de la Meurthe-et-Moselle ?

Jetons un méchant pavé dans la mare

Et si on punissait les administrés des départements qui n’ont pas fait de mise en ligne, ou qui font payer l’accès en ligne aux archives ? Allez hop !

  • Vous êtes dans le Val d’Oise ou la Manche ? Pas de chance, vous n’aurez accès à aucune archive en ligne, gratuite ou payante.
  • Vous êtes dans le Calvados ? Vous aurez accès aux archives en ligne des autres départements contre monnaie virtuelle mais toujours trébuchante : 2 euros les 2 jours ou 200 euros les 365.
  • Vous êtes dans la Mayenne, l’Hérault, le Cantal, la Maine-et-Loire ? Vous avez accès gratuitement à toutes les archives mises en ligne (sauf celles déclarées payantes par leur conseil général)
  • Vous êtes en Gironde ou dans le Puy-de-Dôme ? Vous n’aurez accès qu’à 66% des communes en ligne sur les autres départements, tant que vos départements n’auront pas mis en ligne les communes manquantes :-)
Catégories
Archives en ligne

Nouvelles mises en ligne pour les archives du Puy-de-Dôme : Collanges à Royat

Vous faites des recherches dans le Puy-de-Dôme et vous attendiez avec impatience la suite des mises en ligne de registres paroissiaux et d’état-civil ?

Les archives départementales viennent d’annoncer la livraison du second lot : les communes de Collanges à Royat.

Pour le dernier lot (de Saillant à Yssac-la-Tourette), la mise en ligne « reste prévue pour la fin de l’automne, ou pour les premières neiges de l’hiver« . Espérons qu’il neigera tôt cette année ;-)

Il s’agit toujours des séries du greffe. Pour ce qui est de la série communale, pas encore de date prévue : elle « se fera au fur et à mesure de [la numérisation des registres] et avec l’accord des maires des communes concernées« .

www.archivesdepartementales.puydedome.com

Catégories
Archives en ligne

Archives en ligne de l’Orne (AD61) : l’état-civil jusqu’en 1902

Ce n’est pas encore annoncé dans le mode d’emploi des archives en ligne de l’Orne, et pourtant : depuis le 12 septembre, les registres d’état-civil sont désormais disponibles en ligne jusqu’en 1902 [1]. Auparavant, seules les tables décennales 1893-1902 étaient en ligne : pour consulter les actes de cette période, il fallait la plupart du temps se rendre en salle de lecture, aux archives départementales, à Alençon.

Pour des raisons mi-légales mi-recommandations de la CNIL, les registres d’état-civil allant de la fin du XIXème siècle au début du XXème étaient indisponibles sur le web, essentiellement en raison de la présence possible de mentions marginales. La CNIL rappelait en effet qu’il n’était pas possible de laisser en consultation libre des registres de moins de cent ans. Les services d’archives considérant eux qu’il vaut mieux ne pas rendre disponible non plus sur le net des documents contenants des mentions datées de moins de 100 ans [2]. Des directives qu’appliquent de nombreux départements ayant procédé à la mise en ligne de leurs archives.

Il faut dire que la CNIL a bon dos et est invoquée un peu à toutes les sauces dès lors qu’il s’agit d’archives en ligne et de généalogie. Pour exemple le Centre des Archives d’Outre-Mer (CAOM) qui permet de faire une recherche dans l’indexation des registres de l’état-civil « européen » d’Algérie, ne permet pas la consultation en ligne des microfilms numérisés. Pourquoi ? Parce que « pour raison légale (CNIL), les images des actes indexés ne peuvent être diffusées sur l’Internet« . Même pour la période 1830-1908 ? Autant évoquer un argument de coût d’une mise en ligne, il me paraîtrait bien plus compréhensible dans ce genre de cas.

Pour revenir à nos moutons ornais, il est à noter qu’en plus de ces nouveaux registres disponibles, l’interface Gaia utilisée par les archives de l’Orne s’est enrichie de quelques fonctionnalités supplémentaires, comme la possibilité d’effectuer une rotation de la page, de régler le contraste et la luminosité, et de replier l’aperçu miniature de la vue en cours. Bien joué !

Nouvelles fonctionnalités sur l'interface de consultation des archives de l'Orne

Avec tout ça, j’ai finalement pu récupérer l’acte de décès d’Herminie Julie CHAMBRON, décédée à Fel en 1901.

Notes

[1] Info via la liste Gen61 : lire le message (nécessite d’être inscrit).

[2] Voir à propos de la tambouille interne des services d’archives, ce billet de GénéInfos.

Catégories
Archives en ligne

Les cartes de France des archives départementales en ligne

(cet article est régulièrement mis à jour en fonction des évolutions des cartes présentées ; les visuels ne sont pas forcément à jour)

En cette saison de mises en ligne à répétition, un petit point sur les listes d’archives disponible sur le net ne me paraît pas inintéressant.

J’avais commencé, il y a quelques temps, à répertorier les départements dont les archives proposaient au moins un accès en ligne aux registres paroissiaux et d’état-civil, afin de constituer une carte cliquable. Et puis finalement d’autres s’y étaient mis avant moi et bien plus vite. Alors autant leur laisser continuer le boulot ;-)