Catégories
Légendes familiales

Légende familiale #1 : un ancêtre Bombel de la Rose

Nous avons tous entendu des légendes familiales, rapportées du fond des âges ou nées de la dernière pluie. Avec le temps et la pratique, on finit par se méfier de ces récits tenus pour authentiques : quelques recherches poussées les ramènent souvent au statut d’histoires farfelues.

Or, les légendes ont parfois un fond de vérité. C’est ce que j’ai décidé d’explorer dans ma mythologie familiale, à travers quelques exemples que je publierai progressivement.

 

La légende : Bombel de la Rose

Selon ma maman, sa grand-mère paternelle lui avait dit que notre famille avait un ancêtre Bombel de la Rose (je retranscris tel que j’avais compris le nom à l’oral).

J’étais encore adolescent et à peine débutant généalogiste à l’époque. Il n’en fallait pas plus pour m’enthousiasmer : ouah ! un ancêtre au nom d’apparence noble et chic, ça promettait de fabuleuses découvertes ! :)

Catégories
Mes recherches Méthodes & Outils

En généalogie, la paresse est un surpéché capital !

Vouloir aller trop vite, C’EST MAL ! Je fis d’ailleurs un billet  il y a exactement deux ans à propos de la lecture diagonale des registres paroissiaux, expliquant qu’à ne lire par exemple que les mentions marginales, on risquait parfois de rater des actes.

Il y a peu je faillis faire pire :-) Je consultais sur les archives en ligne de Gironde le registre paroissial de Bayas (contenant pêle-mêle baptêmes, mariages, sépultures) pour l’année 1791, à la recherche des baptêmes des enfants du couple Louis Daniel (de) COMBELLE et Élisabeth Marthe LACLOTTE.

Le 23 septembre 1791, fut baptisé leur fils Joseph COMBELLE, petit frère de mon ancêtre Élisabeth Marie COMBELLE (arbre en ligne). Par fatigue et paresse, je me dis que pour continuer les recherches au prochain baptême d’un enfant du couple, je pouvais sauter au minimum 7 mois dans le registre, et ainsi m’éviter de perdre du temps de recherche.

Sur le point d’ainsi sauter plusieurs vues, je réfléchis et me rappelai que le registre ne comportait pas que les baptêmes mais l’ensemble des BMS. Je décidai donc de continuer mon exploration dès la page suivante. Bien m’en prit : 2 vues et un mois et demi plus loin,  je tombai sur l’acte de sépulture de la mère, que j’eus bêtement manqué.

Acte d'inhumation d'Elizabeth Marthe LACLOTTE (AD33 - Bayas - 5 novembre 1791 - vue 110 sur 115)
Acte d'inhumation d'Elizabeth Marthe LACLOTTE (AD33 - Bayas - 5 novembre 1791 - vue 110 sur 115)

Cette pauvre Élisabeth Marthe LACLOTTE décéda le 5 novembre 1792 à Bayas, âgée d’environ 30 ans selon l’acte. Elle avait tout de même eu le temps d’avoir au moins 5-6 enfants avec son époux, entre Saint-Denis-de-Pile et Bayas (Gironde). Pas de trace du mariage pour le moment, mais le couple s’épousa peut-être à Bordeaux, d’où était originaire l’époux (avocat et bourgeois de Bordeaux).

Moralité n° 1 : Quand vous fatiguez, arrêtez vos recherches généalogiques, plutôt que vouloir aller trop vite par paresse.
Moralité n° 2 : Quand on abandonna l’utilisation du passé simple au collège, ce n’est pas évident de respecter les conjugaisons et les accords de temps à 29 ans dans ce billet.

Catégories
Insolite

Mais comment faisait-on avant les archives en ligne ?

J’ai parfois un peu honte de la facilité presque déconcertante avec laquelle je réalise en général ma généalogie. Depuis un peu plus d’un an, en fait depuis la mise en ligne des archives de l’Orne et de celles, nombreuses, qui ont suivies, j’avance à bien plus grand pas qu’auparavant.

Mais comment faisait-on sa généalogie avant ? Je veux dire, vraiment avant !

Un exemple de l’évolution des pratiques, avec l’acte de mariage de Daniel Combelle et Catherine de Pouget, le 22 juillet 1683 à la paroisse Saint-Pierre de Montpellier, que j’avais déjà eu le plaisir d’évoquer dans ce billet.

Louis-Guillaume Piéchaud (né en 1811) [1] :

« […] voici l’acte de son mariage parfaitement conforme à l’original et tel que nous l’avons obtenu par les bons soins de notre excellent ami l’abbé Arrou chanoine honoraire d’Auche [2] qui allant prêcher le carême de 1874 à la paroisse de St-Pierre de Montpellier voulut bien faire les démarches nécessaires pour me procurer cette pièce importante […]. »

Raphaël Piéchaud (né en 1982) [3] :

« […] voici l’acte de son mariage parfaitement conforme à l’original et tel qu’exporté en jpeg depuis le site des archives départementales de l’Hérault (archives.herault.fr) : après avoir cliqué sur « Archives en ligne » dans le menu, je sélectionnai « Registres paroissiaux et d’état civil ». Dans le formulaire, j’indiquai la ville de Montpellier et la paroisse de Saint-Pierre, cochai « Mariages » comme type d’acte, puis saisis : 1683, en date exacte. Je lançai alors la recherche. Deux registres correspondaient : j’essayai le premier et après avoir parcouru quelques pages je tombai sur la vue 111 qui me permit de me procurer cette pièce importante […]. »

Bon. Vu comme ça, ma façon de procéder paraît plus longue à raconter. Mais je vous assure que c’est plus simple sur internet qu’en passant par ce bon abbé Arrou.

Notes

[1] Extrait des mémoires manuscrites de Louis-Guillaume Piéchaud.

[2] Sic

[3] Extrait du blog tapuscrit de Raphaël Piéchaud.

Catégories
Mes recherches

Les Combelle de Montpellier via les archives en ligne de l’Hérault

Je n’ai pu résister à l’idée de faire une petite recherche sur les archives nouvellement en ligne de l’Hérault. À ce propos, la résolution à l’export m’a l’air suffisante, pour l’essai que j’en ai fait. Et oui, il a bien fallut faire un test ! L’Hérault m’intéresse pour l’instant pour la branche Combelle qui a quitté Montpellier pour Bordeaux au cours du XVIIIè siècle.
Comment le sais-je me direz-vous ? via Louis-Guillaume Piéchaud (mon aïeul né en 1811, pas mon cousin à distance), qui avait déjà effectué des recherches sur cette branche (qui a dit généalogie génétique !?) et qui en a rendu compte dans ses mémoires. Je cite (avec l’orthographe inchangée) :

« Sicard Combelle eut pour fils :
1° Louis Combelle
2° Daniel Combelle : ce second fils est celui dont la famille dessent directement : voici l’acte de son mariage parfaitement conforme à l’original et tel que nous l’avons obtenu par les bons soins de notre excellent ami l’abbé Arrou chanoine honoraire d’Auche qui allant prêcher le carême de 1874 à la paroisse de St-Pierre de Montpellier voulut bien faire les démarches nécessaires pour me procurer cette pièce importante ainsi que d’autres qui seront mentionnées plus loin.

Extrait des registres de l’état civil de la ville de Montpellier (Hérault)
Paroisse St Pierre
L’an mil six cent quatre vingt trois et le vingt deux de juillet, deux bancs publiés dans notre paroisse et celle de Notre Dame des Tables, ayant obtenu la dispanse du troizième pour le mariage de mr Daniel Combelle bourgeois et de demoiselle Catherine Pouget dud. Montpellier, et n’ayant descouvert aucun empêchement canonique avec la permission de Mr Patris vicaire gnal, je soussigné atteste les avoir épouzés sellon les formes de l’église et présances des soussignés, D Combelle, Catherine de Pouget, Panche, Duranne, Baches, Pouget, Pouget, et J. Gaucherand curé, soussignés au registre.
Pour extrait conforme, Montpellier le premier avril 1874
L’officier de l’état-civil.« 

Ce qui donne dans le registre : Acte de mariage de Daniel Combelle et Catherine Pouget

En l’état actuel de la mise en ligne des registres paroissiaux de la Gironde, je ne peux pas remonter plus loin qu’à la naissance d’Élisabeth Marie Combelle, le 18 février 1786 à Saint-Denis-de-Pile en Gironde, fille de Daniel Louis Combelle, écuyer et avocat en la cour et bourgeois de Bordeaux. Mais je ne compte pas pratiquer une généalogie des Combelle à rebours : qui me dit que mon aïeul ou ses informateurs ne se sont pas trompés sur l’ascendance ?

Je pense tout de même m’amuser à faire la généalogie descendante du couple Combelle x Pouget, dans la mesure du possible. Mais je crois qu’il va être difficile de suivre la trace du Combelle parti à Bordeaux… Dans l’immédiat je préfère oublier les trouvailles de Louis-Guillaume, et faire mes propres recherches sur un terrain vierge, du plus récent au plus ancien, ce qui est bien plus amusant. Il sera toujours temps par la suite de vérifier si nos données concordent ! Il ne me reste donc qu’à attendre la poursuite de la mise en ligne des registres de la Gironde pour me lancer dans l’Hérault… Ce qui me laisse du temps pour mes autres départements en cours :)

Catégories
Mes recherches

Mise à jour de mon arbre en ligne (mars 2008)

Chose promise, chose due !

La Mayenne est à l’honneur grâce à ses archives en ligne. Les Cordier, Couppel, Ernault, Hebert, Laigre, Le Brun, Le Crosnier, Le Fizelier et Rousseau ont fait leur entrée dans ma généalogie depuis ces dernières semaines. Et aujourd’hui sur mon arbre en ligne.

Mise à jour à la sauce mayennaise donc, pour le moment principalement localisée sur Saint-Aubin-Fosse-Louvain, Désertines et Lesbois.

Particularité de Lesbois, comme quelques autres communes du nord Mayenne, la paroisse a connu un statut mixte, étant partagée entre Maine et Normandie, puis entre Mayenne et Orne. De fait, la plupart de mes ancêtres de Lesbois semblent provenir de la partie normande.

Du côté de Saint-Aubin-Fosse-Louvain, je pense avoir recensé la quasi totalité des Couppel descendants d’Etienne Couppel et Renée Hebert, au moins jusqu’au deuxième tiers du XVIIIème siècle, dont leur petit-fils Pierre André Couppel qui a laissé un court livre de raison.

Avec la mise en ligne des archives de la Gironde, je pensais également pouvoir développer la branche Piéchaud. Toutes les communes et périodes n’étant pas en ligne, je n’ai pu trouver en tout et pour tout qu’un seul acte de baptême !

Mon arbre généalogique sur Geneanet