Catégories
Méthodes & Outils

Votre nom de famille dans le monde

Les Piéchaud n’auraient pas vraiment fait souche à l’étranger ! C’est en tout cas la conclusion facile qu’on pourrait tirer de l’application en ligne Worldnames du site PublicProfiler, citée hier sur Presse-Citron.net. Le site permet en effet de déterminer la répartition « mondiale » des porteurs d’un même patronyme.

Ci-dessous un montage synthétique de quelques infos que l’on peut trouver sur la page de résultats :

Synthèse de la répartition des Piéchaud dans le monde : la France

On ne trouve ainsi des porteurs du nom Piéchaud qu’en France. Le tout avec une fréquence de 1,48 par million d’habitants. Ce qui nous donnerait environ 88,8 porteurs du nom pour l’hexagone.
Toujours selon l’application, côté Fouilleul ou Passenaud on reste également très franco-centré, tandis que des Béguerie se distinguent logiquement en Argentine (terre d’émigration basco-béarnaise) et des Lahens aux Québec et États-Unis. En revanche, extinction totale des Cardez et Couppel !

Bien. Mais le site n’indique nulle part pas en détail ses sources, même si il y a fort à parier qu’il s’agisse des annuaires téléphoniques, vu les résultats. Considérons simplement ceci comme un jouet amusant, plus que comme une aide sérieuse dans votre quête de cousins éloignés. Et oui, la généalogie sur Internet aura toujours ses limites ! D’autant plus que tous les pays du monde ne sont pas pris en compte dans ces statistiques, loin s’en faut. Pas d’Amérique latine hormis l’Argentine, pas d’Afrique, pas d’Asie exceptés l’Inde et le Japon, pas de Portugal…

Essayer « PublicProfiler : Worldnames »

Catégories
Considérations

Pour un ancêtre acheté, un ancêtre offert !

Je viens de confirmer, via l’acte de mariage, que Marie Madeleine Couppel, épouse de Georges Henri Le Royer, était bien la Marie Madeleine fille de Pierre Couppel et de Françoise Le Crônier [1].

J’attendais la réouverture des archives en ligne de l’Orne pour partir à la recherche du mariage Le Royer & Couppel. Et hop, je lis sur l’acte de baptême à Mantilly d’un de leur fils, qu’ils se sont en fait mariés à Lesbois… en Mayenne !

Ce qui signifie donc que Jean François Guillaume Fouilleul (fils de Françoise Couppel) s’est marié avec sa cousine germaine Marie Anne Hilaire Le Royer (fille de Marie Madeleine Couppel). Vous suivez ?

C’est ainsi que j’inaugure le premier couple officiellement consanguin de ma généalogie ! [2]

Ce qui me permettra de vérifier si ce couple a eu plus d’enfants que la moyenne et si cette progéniture a vécu moins longtemps et été moins fertile que les enfants d’autres couples, comme tendent à l’indiquer les résultats d’une récente étude islandaise.

Je suis par contre encore un peu dubitatif sur la façon dont je dois accueillir la nouvelle. D’un côté je risque de bien moins me prendre la tête en généalogie puisque désormais, pour un ancêtre de Françoise Couppel acheté, un ancêtre de Marie Madeleine offert. De l’autre, je suis un peu déçu de voir disparaître en fumée les possibilités de recherches passionnantes d’une branche entière.

Notes

[1] Mise à jour de l’arbre en ligne d’ici… quelques semaines probablement, le temps de faire le tour des registres paroissiaux de Mantilly et alentours et de tout vérifier.

[2] Il y avait certes Jean Le Crosnier et Jacquinne Le Fizelier qui ont jouit d’une dispense de consanguinité mais je n’ai pas encore trouvé de quels côtés.

Catégories
Mes recherches

Mise à jour de mon arbre en ligne (mars 2008)

Chose promise, chose due !

La Mayenne est à l’honneur grâce à ses archives en ligne. Les Cordier, Couppel, Ernault, Hebert, Laigre, Le Brun, Le Crosnier, Le Fizelier et Rousseau ont fait leur entrée dans ma généalogie depuis ces dernières semaines. Et aujourd’hui sur mon arbre en ligne.

Mise à jour à la sauce mayennaise donc, pour le moment principalement localisée sur Saint-Aubin-Fosse-Louvain, Désertines et Lesbois.

Particularité de Lesbois, comme quelques autres communes du nord Mayenne, la paroisse a connu un statut mixte, étant partagée entre Maine et Normandie, puis entre Mayenne et Orne. De fait, la plupart de mes ancêtres de Lesbois semblent provenir de la partie normande.

Du côté de Saint-Aubin-Fosse-Louvain, je pense avoir recensé la quasi totalité des Couppel descendants d’Etienne Couppel et Renée Hebert, au moins jusqu’au deuxième tiers du XVIIIème siècle, dont leur petit-fils Pierre André Couppel qui a laissé un court livre de raison.

Avec la mise en ligne des archives de la Gironde, je pensais également pouvoir développer la branche Piéchaud. Toutes les communes et périodes n’étant pas en ligne, je n’ai pu trouver en tout et pour tout qu’un seul acte de baptême !

Mon arbre généalogique sur Geneanet

Catégories
Vie des ancêtres

Les remarques de Maître (Pierre) André Couppel

J’ai finalement trouvé en ligne un document très intéressant à propos du livre de raison de Pierre-André Couppel (1712-1745) dont je parlais dans le billet sur les écrits du for privé. Et il s’agit là d’un excellent exemple des possibilités de recherches couplées entre Google Books et Gallica.

Comme je furette régulièrement dans Google Books pour voir si ne s’y cachent pas des livres parlant des familles que j’étudie, j’avais décidé le weekend passé de faire une petite recherche sur les Couppel, recherche que je me souvenais avoir lancé sans trop de succès il y a quelques semaines. Cette fois-ci je tombe sur ce livre, le Bulletin de la Commission historique et archéologique de la Mayenne pour l’année 1915. Malheureusement, seuls des extraits de l’exemplaire numérisé sont disponibles, les trois ci-après : Extrait du Bulletin de la Commission historique et archéologique de la Mayenne Extrait du Bulletin de la Commission historique et archéologique de la Mayenne Extrait du Bulletin de la Commission historique et archéologique de la Mayenne

Une petite recherche sur Gallica et, oh surprise !, on y trouve effectivement le Bulletin de la Commission historique et archéologique de la Mayenne. Il ne reste plus qu’à y chercher celui de l’année 1915 et à se rendre aux pages indiquées dans GoogleBooks : 428, 429, 430. On tombe sur un article d’Ernest Laurain [1] intitulé « Les remarques de Maître André Couppel » qui parle bel et bien du livre de raison de Pierre-André Couppel.

Fort peu nombreux sont aux Archives de la Mayenne les livres de raison que nous a légués l’ancien régime […]. En voici un […] que nous a laissé […] Pierre-André Couppel, notaire à Saint-Aubin-Fosselouvain. C’est un petit cahier de papier, mesurant 0 m. 17 sur 0 m. 13, comptant seize feuillets à peine, et commencé par les deux bouts.

En effet si d’un côté Pierre-André Couppel raconte brièvement les années 1735 à 1740, il entame de l’autre côté un livre de comptes succint : « […] prenant son cahier par l’autre bout, il y inscrit ses diverses recettes et ses dépenses ménagères« . Ce qui permet à l’auteur de l’article de nous donner quelques informations sur les dépenses et événements familiaux de Pierre-André, en plus de ses études et fonctions.
À en lire cet article, il s’agit donc bien du Pierre-André Couppel (1712 – 1745) qui m’intéressait, licencié en droit et bailli de la châtellenie de Saint-Aubin-Fosse-Louvain (53) parmi d’autres fonctions. Il était un cousin germain de mon ancêtre Pierre Couppel (1714 – 1777).

Ernest Laurain produit néanmoins plusieurs erreurs qui contredisent les documents paroissiaux que j’ai pu trouver.
Pierre-André est ainsi dit petit-fils de René Couppel sieur d’Hauteville, et fils d’André Couppel sieur de la Rousselière. Or, si Pierre-André, d’après son acte de baptême [2], est effectivement le fils d’André Couppel, il apparaît être le petit fils d’Etienne Couppel sieur du Bourg, si l’on en croit l’acte de mariage d’André [3], qui indique comme père, et donc aïeul de Pierre-André, « feu Ethiene Couppel sr du Bourg« . Toujours selon l’article, Pierre-André Couppel serait décédé en 1748. Pourtant l’acte d’inhumation trouvé en 1745 dans le registre paroissial de Saint-Aubin décline avec précision son identité laissant peu de place au doute : « Lonzieme jour du mois de novembre l’an [mil] sept cent quarante cinq par nous curé de Lesbois soussigné a été inhumé dans leglize dud. St Aubin le corps de maitre Pierre André Couppel [bailli] de la juridiction dud. St Aubin agé de [trente] trois ans dix mois décédé du jour d’hyer » [4].

Mais ce qui était plus inattendu, c’est la publication, par le bulletin, dans son intégralité (comptes exceptés) du livre de raison de Pierre-André Couppel ! Un document qui ne contient en fait pas d’informations généalogiques à proprement parler, mais un témoignage extrêmement intéressant historiquement : événements météorologiques (fortes tempêtes en 1735, forte neige un 16 mai 1740 !), poids des impôts, épidémie, famine, prix des denrées…

En attendant de consulter le document original (conservé aux archives de la Mayenne) pour vérifier le contenu et en lire le verso, voici déjà une aide précieuse ! Il ne reste plus qu’à attendre que Gallica 2 développe la recherche plein-texte dans tous les documents numérisés de Gallica, afin de faciliter encore plus ce type de trouvailles bienvenues.

J’ai extrait en PDF les pages de l’article que vous pouvez télécharger ci-après : E. Laurain – Les remarques de Maître André Couppel (PDF – 245 Ko)

Notes

[1] Chartiste et archiviste de la Mayenne selon le bulletin.

[2] 1er février 1712 à Saint-Aubin Fosse-Louvain (AD53 en ligne – Saint-Aubin Fosse-Louvain BMS 1712-1721 – Mairie – vue 2).

[3] 28 avril 1711 à Saint-Aubin Fosse-Louvain (AD53 en ligne – Saint-Aubin Fosse-Louvain BMS 1711 – 4 E 233/2 – vue 4).

[4] Acte daté du 11 novembre 1745 à Saint-Aubin Fosse-Louvain (AD53 en ligne – Saint-Aubin Fosse-Louvain BMS 1741-1746 – 4 E 233/4 – vue 96). Les mots entre crochets sont des reconstitutions personnelles suite aux coupures dues à la pliure dans la numérisation.

Catégories
Mes recherches

De l’Orne à la Mayenne

J’ai finalement été très peu affecté par la fermeture temporaire pour amélioration des archives en ligne de l’Orne. Je les attendais un peu comme le messie et elles sont vite reparties dans leur lieu de méditation. Mais durant leur court intervalle d’accessibilité sur la toile, j’ai eu l’occasion de les exploiter tant que je pouvais.

Joseph FOUILLEULJ’avais déjà entamé des recherches sur ma branche Fouilleul : mon trisaïeul Joseph Fouilleul (tiens ça rime), avocat à Thiers, s’est marié et a fini ses jours dans le Puy-de-Dôme. Il était né à Sainte-Scolasse dans l’Orne. De nombreux papiers familiaux (copies d’actes, documents notariaux…) m’avaient depuis l’an dernier permis de remonter jusqu’au début du XIXème siècle sur une partie de son ascendance ornaise.

En consultant sur Internet l’état-civil et les registres paroissiaux de l’Orne pendant quelques jours, j’ai pu confirmer ces informations généalogiques et prolonger la remontée temporelle. Mais surtout, en une génération manquante, je suis tombé sur une ancêtre originaire de la Mayenne, Françoise Couppel, l’arrière-grand-mère de Joseph Fouilleul. Il faut dire que cette branche des Fouilleul vivait à Mantilly, qui se trouve à la confluence de trois départements : Orne, Manche et Mayenne.

Signature de Françoise COUPPEL en 1775

De Mantilly j’ai donc rejoint la paroisse de Lesbois sur les registres paroissiaux des archives en ligne de la Mayenne [1], puis Saint-Aubin-Fosse-Louvain. J’ai ainsi pu tranquillement continuer ma route ancestrale en Mayenne, tandis que les voies de l’Orne me devenaient impénétrables. Pour le moment je continue d’approfondir la branche Couppel de Saint-Aubin-Fosse-Louvain, collatéraux compris, et je m’étend lentement vers les communes voisines, mayennaises ou non.

Il me reste encore plusieurs actes de cette recherche à transcrire et synthétiser, mais je pense pouvoir mettre le résultat en ligne d’ici deux à trois semaines, via une mise à jour spéciale Mayenne de mon arbre généalogique en ligne.

Iconographie :
– photo de Joseph Fouilleul
– signature de Françoise Couppel sur son acte de mariage en 1775 à Mantilly (61)

Notes

[1] La présence des recensements de population numérisés est d’ailleurs d’une précieuse utilité !